Ucanss et handicap : des actions planifiées pour l’intégration professionnelle des handicapés.


 Article VIP    Validé le 13/11/2019    284 vues


Ucanss et handicap : des actions planifiées pour l’intégration professionnelle des handicapés.

Présentation de l’Ucanss

L’Union des caisses nationales de sécurité sociale (Ucanss) regroupe les employeurs du régime social.

Cette fédération qui a vu le jour en 1969 est constituée de 4 caisses nationales.

Celles-ci ont pour mission de négocier, de conclure les conventions collectives et de gérer ses ressources humaines.

La promotion de la santé, et la sécurité au travail du personnel des organismes de la sécu figurent également parmi ses missions.

A cette optique, elle engage des efforts dans le but de sensibiliser les salariés des entreprises pour la reconnaissance de la qualité des travailleurs handicapés.

Pour ce, elle a produit par exemple un flyer avec la collaboration du Groupe Ugecam afin de faire connaitre la situation de handicap pour les salariés de l’institution.

Il est possible de mettre les coordonnées d’un référent handicap dans cette brochure personnalisable.

La fédération a eu également un accord de branche en 2011 portant sur la responsabilité sociale des dirigeants d’entreprise et des employeurs.

A noter que le régime social affiche actuellement 48 000 salariés dont 8 000 sont souffrants d’un problème du handicap.

Retour sur la convention entre Ucanss et Agefiph

Dans le cadre de la politique Ucanss et handicap, cette institution a signé un accord d’une durée de 3 ans (2016-2019) avec l’Agefiph.

Cette convention permet d’instaurer une politique handicap institutionnelle. Cet accord regroupe les différents référents handicap nationaux pilotés par l’Ucanss.

Les objectifs de cette convention sont :

  • a préservation au minimum d’un taux d’emploi de 5,5 % de travailleurs handicapés ucanss en accompagnant les organismes présentant des performances faibles. Cela s’avère important car nombreux sont aussi ceux qui sont sur le point de partir à la retraite.
  • L’apport d’un appui aux organismes.
  • L’harmonisation de l’aide aux organismes locaux.
  • La sensibilisation collective sur les projets innovants en matière de handicap.
  • La mise en place d’une synergie des actions au niveau national et la mutualisation des pratiques.

22 référents territoriaux sont à la charge de l’exécution et du suivi de ces plans d’actions.

A rappeler qu’en 2014 près des trois quarts des entreprises concernées par l’obligation de 6 % ont atteint cet objectif et n’ont effectué aucune contribution.

Or en 2013, le taux était 4,9 %. Par contre, parmi ces entreprises, un tiers seulement a instauré un programme des formations aux problématiques du handicap.

Les deux instances paritaires ont également mis en place un outil d’évaluation permettant de cibler :

  • Les structures ayant moins de 250 salariés qui peuvent recourir à la grille autodiagnostic.
  • Les structures ayant un effectif salarié entre 250 à 1000 avec un quota d’emploi inférieur à 6 %. (Ce sont des organismes qui paient une contribution financière à l’Agefiph). Elles peuvent instaurer un diagnostic court sur le budget de l’accord.
  • Les structures de plus de 1000 salariés qui peuvent demander le co-financement d’un diagnostic conseil plus profond. Les organismes qui souhaitent faire cette évaluation peuvent consulter leur référent handicap national.

L’outil gratuit permet de mesurer à quel point l’employer est impliqué dans les domaines d’action comme :

  • Le pilotage
  • Le recrutement et l’insertion
  • Le maintien de l’emploi des personnes handicapées
  • L’évolution professionnelle de ce type de travailleurs
  • L’accompagnement des salariés déjà en poste.

En parallèle avec cet accord, l’Union des caisses nationales de sécurité sociale ucanss vise également à doubler leur montant d’achat auprès du secteur du travail protégé pour cette année 2018.

D'autres pages à consulter :

2013 - 2019 © The Oueb