Page d'accueil du site : Clinique Aesthetics

Clinique Aesthetics : Chirurgie esthétique Genève


 Site VIP    Validé le 24/05/2021    160 vues

Les médecins de l'Inde ancienne ont utilisé les greffes de peau pour la chirurgie reconstructive dès 800 avant J.-C. Plus tard, dans les pays européens, les progrès de la chirurgie plastique ont été lents à venir. Cependant, la médecine orientale s'est intéressée plus facilement à la chirurgie plastique, et de nombreux cas de greffes de peau et de chirurgie reconstructive ont été enregistrés au cours de l'histoire dans cette partie du monde. Dans l'ensemble, les progrès de la chirurgie plastique, comme ceux de la médecine, ont été lents au cours des quelques milliers d'années qui ont suivi, les techniques utilisées en Inde ayant été introduites en Occident, puis affinées et adaptées à de nouvelles applications. Cependant, des progrès ont été réalisés en médecine au cours de la période gréco-romaine, et ces progrès ont été documentés dans des textes anciens qui ont été diffusés à travers la civilisation. C'est à cette époque que l'écrivain médical romain Aulus Cornelius Celsus a écrit De Medicina, qui expose les méthodes chirurgicales permettant de reconstruire les oreilles, les lèvres et le nez.

Puis, au début de la période byzantine, Oribasius a compilé une encyclopédie médicale complète intitulée Synagogue Medicae. Cet ouvrage en 70 volumes contenait de nombreux passages consacrés aux techniques de reconstruction des défauts du visage. Le Moyen Âge et la Renaissance Bien que la pratique de la chirurgie reconstructrice se soit poursuivie tout au long du haut Moyen Âge, la chute de Rome et la diffusion du christianisme ont mis un frein à tout développement significatif. En grande partie, la science a cédé la place au mysticisme et à la religion. En fait, à un moment donné au cours de cette période, le pape Innocent III a déclaré que la chirurgie sous toutes ses formes était expressément interdite par la loi de l'Église. Dans l'ensemble, la recherche de connaissances scientifiques a été remplacée par des préoccupations plus personnelles et spirituelles.

En outre, l'absence de normes d'hygiène et de propreté compromet la sécurité des patients. Toutefois, quelques progrès mineurs ont été réalisés, notamment la mise au point au dixième siècle d'une procédure permettant de réparer une fente labiale. À la Renaissance, les progrès scientifiques et technologiques ont été plus significatifs, ce qui a permis de développer des techniques chirurgicales plus sûres et plus efficaces. Un texte islamique du quinzième siècle intitulé Chirurgie impériale a été rédigé par Serafeddin Sabuncuoglu et comprend 191 sujets chirurgicaux.

Il traite de la chirurgie maxillo-faciale et de la chirurgie des paupières. Il comprend également un protocole pour le traitement de la gynécomastie, qui serait à l'origine de la méthode moderne de réduction chirurgicale des seins. Des progrès nés de la guerre Au cours du XVIIe siècle, la chirurgie plastique était à nouveau sur le déclin, mais à la fin du XVIIIe siècle, le pendule était reparti dans l'autre sens. Toutefois, les prochaines avancées majeures en chirurgie plastique ne seront pas réalisées avant le 20e siècle, lorsque les victimes de la guerre ont fait de la chirurgie plastique reconstructive une nécessité pour de nombreux soldats. En fait, c'est la Première Guerre mondiale qui a donné à la chirurgie plastique une nouvelle dimension au sein de l'établissement médical.

Les médecins militaires ont dû traiter de nombreux traumatismes faciaux et crâniens causés par les armes modernes, dont on n'avait pratiquement jamais vu l'équivalent auparavant. Ces blessures graves ont nécessité de nouvelles innovations courageuses dans les procédures de chirurgie reconstructive. Certains des chirurgiens les plus compétents d'Europe ont consacré leur pratique à la restauration de l'intégrité des soldats de leur pays pendant et après la guerre.

Les débuts de la chirurgie esthétique

C'est en fait à cette époque que les chirurgiens ont commencé à prendre pleinement conscience de l'influence potentielle de l'apparence personnelle d'une personne sur le degré de réussite de sa vie. Grâce à cette prise de conscience, la chirurgie esthétique a commencé à prendre sa place en tant qu'aspect un peu plus respecté de la chirurgie plastique. Ce progrès s'est accompagné d'une meilleure compréhension de l'anesthésie et de la prévention des infections, permettant aux chirurgiens de réaliser une plus grande variété d'interventions de plus en plus complexes. Parmi ces interventions, on trouve les premiers cas répertoriés de chirurgie qui n'était vraiment que de nature "esthétique", comme les premières rhinoplasties et augmentations mammaires. Histoire de la chirurgie plastique aux États-Unis Bien que la plupart de ces avancées médicales soient d'origine européenne, d'autres progrès chirurgicaux ont été réalisés aux États-Unis, notamment la première opération de fente palatine en 1827, réalisée par le Dr John Peter Mettauer à l'aide d'instruments chirurgicaux de sa propre conception.

Cependant, ce n'est qu'au début du XXe siècle que la chirurgie plastique moderne a été reconnue comme une spécialité médicale à part entière. En 1907, le Dr Charles Miller a rédigé le premier texte spécifiquement consacré à la chirurgie esthétique, intitulé The Correction of Featural Imperfections. Ce texte, bien qu'en avance sur son temps à certains égards, a néanmoins été critiqué et dénoncé comme du "charlatanisme" par de nombreux chirurgiens généralistes. Malheureusement, cette attitude était répandue au sein de la communauté de médecine, qui avait tendance à considérer les chirurgiens esthétiques en général, y compris le Dr Miller, comme des charlatans ou des "charlatanesques".

Le Dr Blair réalise la première ramisection fermée de la mandibule en 1909 et publie Surgery and Diseases of the Mouth and Jaw en 19126, tandis que le Dr Luckett décrit une correction pour les oreilles décollées en 1910 et que le Dr Kolle publie son texte, Plastic and Cosmetic Surgery, un an plus tard en 1911.

L'importance d'une institution américaine Une institution qui a joué un rôle très important dans l'avancement et l'amélioration de la chirurgie plastique, et de la chirurgie en général, est Johns Hopkins. C'est là que le Dr William Stewart Halsted a créé le premier programme de formation en chirurgie générale aux États-Unis.

En 1904, il a publié The Training of a Surgeon, qui a jeté les bases de ce qui allait devenir le prototype de tous les programmes modernes de formation en chirurgie. Grâce à ce programme, les États-Unis peuvent enfin prétendre à un niveau de sophistication chirurgicale comparable à celui de l'Europe. Il n'a pas fallu longtemps pour que les États-Unis commencent à surpasser le reste du monde, notamment en matière de spécialisation dans le domaine de la chirurgie. Johns Hopkins a également accueilli le Dr John Staige Davis, considéré par la plupart comme le premier Américain à se consacrer exclusivement à la chirurgie plastique.

Il a passé de nombreuses années de sa vie à travailler à l'établissement de divisions spécialisées dans la pratique de la chirurgie plastique. En 1916, il a publié un article dans le Journal of the American Medical Association qui décrivait le rôle de la chirurgie plastique au sein de l'institution médicale, soulignant à nouveau l'importance de la spécialisation dans ce domaine. Les années 1940 et 1950 En 1946, le moment était clairement venu de publier une revue scientifique destinée spécifiquement aux chirurgiens plasticiens.

En juillet de cette année-là, le premier numéro du Journal of Plastic and Reconstructive Surgery est devenu une réalité.10 Depuis lors, la revue n'a cessé de servir de forum pour la diffusion des connaissances et des découvertes importantes entre les chirurgiens plasticiens et leurs collègues médecins, le tout dans l'intérêt des patients. Avec la mise en place de la certification par le conseil d'administration et la naissance de la propre revue médicale de la chirurgie plastique, celle-ci s'est pleinement intégrée à l'établissement médical en 1950, où elle a commencé à s'imposer dans la conscience du public. Dans les hôpitaux de campagne de la guerre de Corée, les progrès de la chirurgie reconstructive se sont multipliés, notamment les techniques de câblage interne pour traiter les fractures du visage et l'utilisation de lambeaux de rotation pour corriger les blessures et les déformations cutanées massives.

La chirurgie plastique moderne

L'histoire moderne de la chirurgie plastique a réellement commencé à prendre forme dans les années 1960 et 1970. De nombreux développements scientifiques importants ont eu lieu à cette époque. La silicone était une substance nouvellement créée qui gagnait en popularité en tant qu'élément de base de certaines procédures de chirurgie plastique. Au départ, elle était utilisée pour traiter les imperfections de la peau. Puis, en 1962, le Dr Thomas Cronin a créé et dévoilé un nouvel implant mammaire en silicone.

Au cours de la décennie suivante, les implants en silicone ont été développés pour être utilisés dans pratiquement toutes les parties imaginables du visage et du corps. Les chirurgiens plasticiens se hissent au premier rang de l'establishment médical, notamment le Dr Hal B. Jennings, nommé chirurgien général en 1969, et un autre qui a remporté un prix Nobel.

Dans les années 1980, les chirurgiens plasticiens et les défenseurs de la chirurgie plastique ont fait un grand effort pour sensibiliser le public et améliorer sa perception de la chirurgie plastique. Cette augmentation de la quantité et de la qualité des informations mises à la disposition des consommateurs, ainsi que le boom économique des années 1980, ont commencé à rendre la chirurgie plastique plus accessible au grand public américain. La croissance s'est poursuivie tout au long des années 1990, malgré les problèmes causés par la réforme des soins de santé, qui a entraîné une forte diminution du remboursement des travaux de reconstruction par les compagnies d'assurance. De nombreux chirurgiens ont été contraints de se concentrer davantage sur le travail cosmétique afin de rester dans la pratique, et certains ont décidé de renoncer complètement à la chirurgie reconstructive. Étonnamment, la controverse croissante sur les implants mammaires en silicone n'a pas semblé dissuader un nombre toujours plus grand de patients de demander des interventions esthétiques. Puis, en 1998, le président Bill Clinton a signé un projet de loi qui comprenait une disposition obligeant les compagnies d'assurance à couvrir le coût de la chirurgie de reconstruction mammaire post-mastectomie.

La chirurgie plastique aujourd'hui

Dans les années 2000, la chirurgie esthétique a connu une explosion de popularité, et les progrès médicaux ont rendu possibles des exploits de reconstruction qui n'étaient autrefois qu'un rêve de ce qui pourrait être un jour. À l'ère de la communication accélérée, Internet et la télévision se sont mis de la partie, et nous pouvons désormais voir n'importe quel type d'intervention de chirurgie plastique depuis le confort de notre foyer. Actuellement, la tendance la plus importante en matière de chirurgie plastique est l'évolution vers des procédures moins invasives conçues pour éviter les signes visibles du vieillissement. En fait, les procédures les plus populaires à l'heure actuelle impliquent l'utilisation de substances injectables, comme les produits de comblement des rides du visage et, surtout, le Botox.

 

Parlons du Mommy Make over :

Nos chirurgiens plasticiens de Genève pratiquent la chirurgie de transformation de maman pour aider les femmes de Suisse à retrouver aussi fidèlement que possible- leur corps d'avant l'accouchement. Beaucoup d'entre elles finissent par être plus belles que jamais !

Ces procédures combinées personnalisées comprennent généralement une procédure d'amélioration des seins, telle qu'une augmentation, un lifting ou une réduction mammaire, ainsi qu'une plastie abdominale pour traiter les vergetures et l'excès de tissu dans la zone du ventre. Parfois, ces interventions combinées comprennent également une liposuccion pour éliminer les poches de graisse indésirables.

Nombre de nos patients de chirurgie plastique viennent nous voir après avoir éprouvé la frustration d'essayer de remettre leur corps post-bébé en forme par le biais d'un régime et d'exercices. Bien que l'exercice et une alimentation saine soient essentiels à une bonne santé, l'étirement et l'expansion qui se produisent pendant la grossesse modifient souvent de façon permanente la forme du ventre d'une femme. La grossesse et l'allaitement entraînent souvent des changements permanents au niveau des seins, laissant les mères avec des seins dégonflés et affaissés ou, moins souvent, des seins qui se sont développés pendant la grossesse et l'allaitement et qui n'ont jamais retrouvé leur taille et leur forme d'avant la grossesse.

  • Les causes du ventre post-grossesse

    Au cours du deuxième ou du troisième trimestre, les deux grandes bandes parallèles de muscles abdominaux, qui se rejoignent généralement au milieu, s'écartent pour laisser place à l'enfant qui grandit. Cela crée un état appelé diastasis recti. Si presque toutes les femmes connaissent un diastasis recti pendant leur grossesse et que, chez environ 50 % d'entre elles, ces muscles se remettent en place dans les 6 à 8 semaines qui suivent l'accouchement, de nombreuses femmes connaissent une séparation permanente des muscles après la fin de la grossesse. Une plastie abdominale est le seul moyen de "combler l'écart" entre les deux muscles pour créer un ventre plus serré et plus plat.
  • Comment une plastie abdominale peut aider

    Lors d'une plastie abdominale, une incision est pratiquée d'une hanche à l'autre, aussi bas que possible sur l'abdomen. La peau et la graisse situées au-dessus de l'incision sont soulevées des muscles abdominaux jusqu'à la cage thoracique. L'espace entre les muscles est corrigé par des sutures, créant ainsi un "corset interne". L'excès de peau est retiré, et le ventre est tiré vers le bas comme un store de fenêtre, puis suturé en place. (Ne vous inquiétez pas, vous aurez toujours un nombril !). Tant que vous ne prenez pas de poids ou que vous n'êtes pas à nouveau enceinte après votre plastie abdominale, les résultats sont permanents, à l'exception du vieillissement.
  • Comment les augmentations mammaires corrigent-elles les seins après une grossesse ?

    Pendant la grossesse, vos seins se développent naturellement. L'allaitement affecte encore plus la taille et la forme de vos seins, car le lait est produit et votre bébé est allaité, ce qui oblige la peau autour des seins à se dilater et à se contracter. Après la fin de l'allaitement, les seins de nombreuses femmes sont affaissés et dégonflés, tandis que d'autres femmes trouvent que leurs gros "seins de grossesse" restent plus volumineux qu'avant la grossesse. En fonction des besoins de la femme, une augmentation mammaire, un lifting des seins et/ou une réduction mammaire peuvent créer des seins liftés, pleins et d'apparence naturelle. Nos chirurgiens plasticiens de Torrance utilisent des implants mammaires ou un transfert de graisse pour augmenter les seins.
  • Dans combien de temps peut-on bénéficier d'une transformation de Maman ?

    Une maman doit attendre au moins 6 mois après l'accouchement avant de subir une plastie abdominale, afin de s'assurer qu'elle a perdu autant de "poids de bébé" que possible. De plus, les hormones affectent l'élasticité de la peau. Nous voulons donc nous assurer que vos hormones sont revenues à leur état normal avant l'intervention. Enfin, vous ne pouvez pas soulever d'objets de plus de 15 Kg pendant 6 à 8 semaines après l'intervention, c'est pourquoi de nombreuses femmes attendent que leur plus jeune enfant marche. Sinon, vous pouvez vous assurer d'avoir de l'aide à la maison pendant la convalescence pour soulever les jeunes enfants et les sortir de la poussette, du siège auto, de la chaise haute et de la baignoire. Il ne sert à rien de subir une plastie abdominale et d'en annuler les résultats en soulevant ou en faisant de l'exercice trop tôt après l'intervention.
    Une femme peut-elle être "trop vieille" pour une transformation de maman ?

 

Tant que vous êtes en bonne santé, vous n'êtes jamais "trop vieille" pour une amélioration esthétique qui vous permet de vous sentir mieux dans votre peau !


D'autres pages à découvrir

Augmentation mammaire Genève : Les femmes de tous horizons s'intéressent à l'augmentation mammaire. Certaines jeunes patientes prévoient d'avoir d'autres enfants à l'avenir et craignent que les implants n'aient un impact sur leur capacité à allaiter en toute sécurité. Bonne nouvelle : La plupart des femmes qui se font poser des implants mammaires à Los Angeles peuvent allaiter en toute sécurité, même sans personnaliser leur chirurgie. Cependant, il existe des moyens d'être encore plus prudente en travaillant avec votre chirurgien. Les implants mammaires affectent-ils l'allaitement ? La plupart des femmes n'ont rien à craindre en ce qui concerne l'augmentation mammaire et l'allaitement. Les implants sont généralement placés derrière les glandes mammaires ou sous le muscle et le tissu thoracique, ce qui les empêche d'avoir un impact sur votre production de lait. Cependant, les nerfs qui entourent les mamelons jouent un rôle essentiel dans l'allaitement. La chirurgie la plus sûre est celle qui évite les incisions près des glandes mammaires et qui conserve l'aréole (la zone sombre autour du mamelon) intacte. Personnalisez votre intervention Même l'augmentation mammaire traditionnelle a peu d'impact sur les glandes lactiques. Mais si vous souhaitez prendre des précautions supplémentaires, votre chirurgien peut adapter les détails de votre intervention. Emplacement de l'incision : Une incision inframammaire longe le pli sous le sein, à l'écart des structures impliquées dans l'allaitement. Une incision transaxillaire, située près de l'aisselle, est une autre option pour les femmes qui prévoient d'allaiter. Mise en place de l'implant : Les implants placés sous le muscle pectoral sont une option très sûre, car ils sont plus éloignés de tout tissu mammaire glandulaire. Le meilleur moment pour discuter de ces besoins est lors de votre consultation privée. Dites à votre médecin que vous prévoyez d'allaiter à l'avenir et vous pourrez discuter ensemble des options qui s'offrent à vous pour préserver votre capacité à allaiter. Conseils pour l'allaitement avec des implants Il existe de nombreuses astuces utiles pour augmenter votre production de lait lorsque vous allaitez avec des implants : Allaitez souvent : Essayez d'allaiter votre bébé environ 8 à 10 fois par jour. Plus vous allaitez, plus votre corps peut produire de lait. Utilisez un tire-lait : Vider régulièrement vos seins favorise également la production de lait. Utilisez un tire-lait ou exprimez manuellement si nécessaire. Travaillez avec un consultant en lactation : si vous avez du mal à produire suffisamment de lait, un consultant en lactation peut vous apprendre à maximiser votre production de lait. Allaiter son bébé est une expérience inoubliable que beaucoup de femmes attendent avec impatience. En travaillant avec votre chirurgien et en prenant quelques précautions, vous pouvez agrandir votre famille et allaiter sans problème.

  https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire/

Liposuccion Genève : Il peut être difficile de se renseigner sur la liposuccion en faisant des recherches en ligne, car il existe de nombreuses techniques différentes. Nous entendons beaucoup de questions sur la liposuccion de la part des patients qui viennent de Genève pour se rendre dans notre cabinet. Même répondre à la question "Qu'est-ce que la liposuccion ?" n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît, en raison des différentes façons dont l'intervention peut être réalisée. En fait, c'est l'un des avantages de venir dans une clinique comme la nôtre car nous proposons plusieurs techniques. Cela signifie que nous pouvons personnaliser la procédure en fonction de vos besoins spécifiques. Les compétences de nos médecins qui pratiquent la liposuccion sont l'une des raisons pour lesquelles notre cabinet est reconnu pour son expertise en matière de remodelage du corps. Dans cet article de blog, nous répondrons à certaines des questions les plus fréquemment posées par les femmes et les hommes sur les forums en ligne à propos de la liposuccion, qui est l'une des interventions les plus populaires pratiquées en Suisse. Qu'est-ce que la liposuccion ? La réponse la plus fondamentale à cette question est qu'il s'agit d'une procédure qui utilise l'aspiration, c'est-à-dire le processus consistant à retirer quelque chose (dans ce cas, de la graisse) du corps. La liposuccion traditionnelle consiste à pratiquer de petites incisions, puis à saturer la zone à traiter avec une solution contenant de la lidocaïne pour engourdir la zone et de l'épinéphrine pour minimiser les saignements et les gonflements. La procédure exige que les chirurgiens déplacent vigoureusement un petit tube fin appelé canule d'avant en arrière pour briser la graisse, qui est ensuite aspirée du corps. Comment cela fonctionne-t-il ? Cela dépend de la technique utilisée. Outre la liposuccion traditionnelle, nos chirurgiens plasticiens diplômés proposent également la liposuccion assistée (PAL) à l'aide de canules Microaire spécialisées et la liposuccion VASER, qui utilise la technologie des ultrasons dans le cadre de l'intervention. La technique PAL utilise des canules vibrantes pour briser le tissu graisseux, ce qui facilite l'élimination de la graisse et réduit les effets traumatiques associés à la liposuccion manuelle. La liposuccion VASER utilise des vibrations ultrasonores à haute fréquence pour briser les cellules graisseuses. Chaque technique présente des avantages uniques. Quelles sont les zones du corps qui peuvent être traitées ? Même si la plupart des gens associent la liposuccion à la réduction de la graisse dans la zone abdominale, les "poignées d'amour" ou les cuisses, la vérité est qu'il s'agit d'une procédure incroyablement polyvalente qui peut cibler les graisses indésirables pratiquement partout sur le corps. La liposuccion du cou, par exemple, est une excellente option pour les personnes qui souhaitent atténuer l'apparence d'un double menton. Certains patients souhaitent une liposuccion des mollets et des chevilles, et l'intervention peut être utilisée par les hommes qui souhaitent réduire les tissus graisseux de leurs seins. Certains patients choisissent d'utiliser l'excès de graisse d'une zone du corps pour en améliorer une autre, comme les fesses. Lors d'un lifting brésilien des fesses, par exemple, les chirurgiens prélèvent de la graisse dans une zone telle que l'abdomen ou les cuisses, enlèvent les impuretés de la graisse, puis l'injectent dans les fesses. La liposuccion peut-elle m'aider à perdre du poids ? La liposuccion est une procédure de remodelage du corps conçue pour les hommes et les femmes qui ont déjà atteint ou approché leur poids idéal. Certains patients utilisent même l'idée de la liposuccion comme motivation pour perdre du poids avant l'intervention. La graisse revient-elle après la liposuccion ? Les cellules graisseuses retirées du corps pendant la liposuccion disparaissent définitivement. Cependant, la graisse peut toujours s'accumuler dans les zones traitées si le patient ne fait pas d'exercice ou ne suit pas un régime alimentaire sain. Même si l'organisme ne produit pas de nouvelles cellules graisseuses, les cellules existantes augmentent de taille à mesure que vous prenez du poids.

  https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-de-la-silhouette/liposuccion-geneve/

Injections botox Genève : Saviez-vous que vous pouvez relever vos sourcils avec un peu de BOTOX ? Disponible dans notre clinique, le lifting frontal au BOTOX élève votre front pour une apparence plus jeune sans chirurgie ni temps d'arrêt. Il s'agit d'une arme secrète rapide et peu invasive pour rehausser votre apparence, et ce traitement est en train de devenir le préféré des hommes et des femmes. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur ce traitement, comment il se compare à la chirurgie et s'il vaut la peine d'être essayé lors de votre prochaine visite au spa médical. Qu'est-ce qu'un lifting frontal au BOTOX ? Le relâchement de certains muscles du front et du contour des yeux permet à vos sourcils de se soulever naturellement et subtilement, créant ainsi une apparence plus détendue et plus jeune. Ce traitement est devenu populaire en tant qu'alternative peu invasive à la chirurgie de lifting des sourcils, qui offre des résultats plus durables mais nécessite également des incisions et un certain temps d'arrêt. Comment cela fonctionne-t-il ? Le BOTOX interrompt les signaux du cerveau qui ordonnent à certains muscles de se contracter, réduisant ainsi la quantité de mouvement de ces muscles. Dans le cas d'un lifting frontal au BOTOX, le BOTOX détend les muscles faciaux qui tirent vos sourcils vers le bas dans une expression de froncement ou de "réflexion profonde". En plus de créer un effet de lifting subtil, ce procédé présente l'avantage supplémentaire d'atténuer les rides du lion, les "11" verticaux entre vos sourcils. Quelques injections supplémentaires placées stratégiquement peuvent également réduire les rides horizontales du front et les pattes d'oie pour un rajeunissement encore plus marqué de la partie supérieure du visage. Pour en savoir plus sur les traitements injectables pour les yeux, consultez notre précédent article de blog. Comment le lifting des sourcils au BOTOX se compare-t-il au lifting chirurgical des sourcils ? Les liftings chirurgicaux des sourcils durent plus longtemps, mais ils sont aussi plus invasifs et impliquent une récupération plus longue. La plupart des gens ont besoin d'une à deux semaines pour reprendre une activité normale après un lifting frontal, alors que le lifting frontal BOTOX vous permet de reprendre vos activités habituelles le jour même. Vous êtes peut-être un meilleur candidat pour un lifting frontal si vous recherchez un lifting spectaculaire et durable. Cependant, le lifting frontal au BOTOX est un excellent traitement de départ pour toute personne qui recherche un résultat subtil ou qui souhaite "essayer" un lifting frontal temporaire avant d'opter pour la chirurgie. Comment se déroule un lifting frontal au BOTOX ? Le lifting frontal au BOTOX consiste en une série rapide d'injections autour des sourcils et du front à l'aide d'une petite aiguille. Le traitement dure généralement moins de 20 minutes, assez rapidement pour que vous puissiez le faire pendant votre pause déjeuner. Il n'y a pas ou peu de convalescence, si ce n'est une éventuelle rougeur autour des sites d'injection qui disparaît en un jour ou deux. Quelle est la durée d'un lifting des sourcils au BOTOX ? Le lifting des sourcils au BOTOX dure jusqu'à ce que la neurotoxine s'estompe, ce qui prend généralement 3 à 4 mois. Notez qu'il faut compter entre 7 et 10 jours pour que vos premiers résultats apparaissent au fur et à mesure que le produit fait effet.

  https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/comblement-des-rides/

2013 - 2021 © The Oueb